Nemausus

Nemausus. 17ème siècle. Après un bal masqué ayant mal tourné, la ville perd peu à peu pied... supporterez-vous la volonté divine ?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 À l’aube d’une vie nouvelle [edit Mathys: Recensée]

Aller en bas 
AuteurMessage
Eden Northen
† Nahash †
† Nahash †
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 24/10/2008

Fiche d'identité
† Protégé(e) de/par: ?
† Force Ange/Esprit:
0/0  (0/0)
Relation:

MessageSujet: À l’aube d’une vie nouvelle [edit Mathys: Recensée]   Lun 27 Oct - 15:02

Ses valises à ses pieds, elle regardait défiler les ruelles de sa nouvelle ville dans laquelle elle était entrée quelques minutes auparavant. Elle n’avait rien d’extraordinaire, mais au fur et à mesure que son Cocher avançait, elle sentait que, finalement, elle allait peut-être pouvoir se plaire ici malgré l’absence de tous ses proches. Elle ne connaissait personne, mais estimait qu’avoir un entourage n’était pas bien important dans la mesure où elle espérait retourner en Angleterre d’ici quelques années. Il lui fallait juste attendre que les rires à son insu cessent pour qu’elle puisse rentrer chez elle et recommencer à vivre dans ce monde de luxe et d’hypocrisie qui était le sien.
Un caillou arracha un soubresaut à son moyen de locomotion et elle se redressa vivement avant de retomber à nouveau dans un état amorphe, peu désireuse de connaître leur destination. Ce Cocher avait été engagé par ses parents pour lui servir de guide à travers la ville bien que celui-ci ne la connaisse pas. Il était censé l’assister et l’aider à remplir tous les formulaires qui lui seraient nécessaires pour vivre à Nemausus.
À moitié endormie sur son siège, bercée par le bruit régulier que faisaient les sabots des chevaux sur les pavés, ce fut lui qui la secoua légèrement pour la réveiller et lui indiquer qu’ils se trouvaient devant les bureaux où elle devait aller se faire recenser. Elle leva les yeux vers le bâtiment, peu désireuse de se tirer de son sommeil, mais finit par s’y contraindre lorsque le Cocher insista, la priant de bien vouloir s’extirper de l’habitacle qui la maintenait à l’abri de l’extérieur.
C’est en grommelant qu’elle accepta enfin de descendre et le vent frais qui pénétra dans ses vêtements lui arracha un frisson. Son domestique vint passer un nouvel habit sur ses épaules pour lui tenir chaud et elle s’avança vers la bâtisse dont elle poussa la porte.

On lui indiqua où elle devait se rendre et elle se retrouva assise sur une chaise inconfortable à attendre que la femme devant elle daigne bien lever le nez vers sa personne.
La jeune femme en elle-même n’avait rien de très engageant. Ses cheveux étaient tirés dans un chignon impeccable et elle semblait étouffer dans sa robe d’un gris terne. Tout en elle ne respirait que sévérité et mauvaise humeur et la façon dont elle signait rageusement les papiers qu’on lui tendait ne pouvait que renforcer cet aspect acariâtre que son être dégageait. Eden retint ses yeux de se tourner vers le ciel ainsi que le soupir bruyant qui menaçait de sortir de sa bouche tandis que sa patience était mise à mal par cette inconnue qui ne parvenait qu’à l’énerver de plus en plus au fil des minutes qui s’écoulaient.
Elle maintint son dos bien droit comme sa classe sociale l’exigeait et tourna son regard vers son Cocher qui lui décocha un sourire amusé auquel elle répondit par une légère grimace, témoignant son agacement. Elle était quasiment certaine qu’il n’y avait quasiment rien à remplir et cela ne rendait l’attente que plus insoutenable.
Pour passer le temps, elle commença à envisager les différents moyens de tuer cette mégère, hésitant entre l’étouffement et la noyade jusqu’à ce que son esprit vienne à envisager une torture longue et douloureuse, comme celle qu’elle lui imposait à cet instant précis. Au moins aurait-elle le plaisir de lui rendre la monnaie de sa pièce et elle pourrait rire bien fort, une chaussure sur la dépouille de sa victime, heureuse de sa victoire.
Elle secoua la tête, se rendant compte de l’horreur de la chose et ses yeux dérivèrent sur le nez tout aussi strict que le reste du corps qui menaçait de trouer la table tant la femme était proche de celle-ci. Etait-elle mal voyante ? Dans ce cas, il était fort possible qu’elle ne l’ait pas vue ni entendue et cette perspective arracha un sourire à la jeune fille qui comprit que c’était elle qui était en tort.


« Excusez-moi. »

Appela-t-elle timidement, dérangeant la dame qui leva vers elle ses petits verts vifs. Le sourire d’Eden se crispa légèrement.

« Je souhaiterais me faire recenser. »


Expliqua-t-elle, tâchant de maîtriser les tremblements de sa voix dus à l’énervement de se faire ainsi dévisager par une parfaite inconnue. Si elle ne s’était pas gênée pour détailler chaque trait de la secrétaire, c’était bien parce que celle-ci ne la regardait pas, mais se retrouver face à des yeux si inquisiteurs qui, en plus, ne paraissaient pas éprouver la moindre gêne, n’était pas pour lui plaire.

« Votre nom ? Votre prénom ? »

Sa voix était aussi sèche que son physique le laissait deviner et Eden faillit en pleurer de découragement.

« Northen Eden. »

Se faire la plus petite possible était désormais le seul moyen pour éviter d’avoir à subir les foudres de la femme.

« Âge ? »

« 19 ans… »

« Métier ? »

« Pianiste. »


Elle n’aurait jamais pu imaginer la mine dégoûtée qu’afficherait son interlocutrice en entendant son métier, sûrement la prenait-elle pour quelqu’un de frivole.

« Lieu de résidence ? »

« Dans les quartiers riches. »


Murmura-t-elle en constatant que sa réputation auprès de cette femme était désormais finie. Pour elle, elle ne devait être qu’une de ces nobles n’ayant rien à faire de leurs journées et qui essayent de passer le temps le mieux possible.

« Signez ici. »

Lui ordonna-t-elle, autoritaire et ayant l’air de perdre son temps avec elle. Sa répugnance à l’aider ranima la fierté d’Eden qui se força à se taire et à sourire.

« Merci beaucoup. »

Dignement, elle se leva et sortit. Déjà une personne qu’elle veillerait à ne pas croiser en ville.


Edit Mathys: Bonjour Eden =) Merci pour ton recensement, il vient d'être validé. Tu peux donc voir à présent tes informations sur le tableau et aussi sur la liste des "humains libres" pour la confirmation des anges et de leur protégée =) Quant au logement, je te l'assigne dans quelques minutes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
À l’aube d’une vie nouvelle [edit Mathys: Recensée]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TSW] Test de personnalité de l'Aube Nouvelle
» Une Aube Nouvelle [Danaelle] Partie 2
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nemausus :: . [Centre Ville] :: . Les Bureaux de Nemausus :: . Recencements Validés-
Sauter vers: