Nemausus

Nemausus. 17ème siècle. Après un bal masqué ayant mal tourné, la ville perd peu à peu pied... supporterez-vous la volonté divine ?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le ridicule ne tue pas. [ Pv ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Harmony Hearn
|| Little Red Riding Hood
|| Little Red Riding Hood
avatar

Féminin
Nombre de messages : 55
Age : 24
Localisation : Schoko'bonland
Emploi/loisir : Femme au foyer
†Humeur : JFAVG
Date d'inscription : 29/09/2008

Fiche d'identité
† Protégé(e) de/par: Eileen
† Force Ange/Esprit:
0/0  (0/0)
Relation:

MessageSujet: Le ridicule ne tue pas. [ Pv ]   Mer 26 Nov - 20:51

Un arbre. Encore un arbre. Toujours un arbre. Toujours et encore un arbre. Elle n’avait jamais remarqué à quel point le paysage était monotone et répétitif par ici. Peut être n’avait elle jamais vraiment fait attention à ce genre de pacotille ? Peut être n’était elle jamais venue par ici ? Peut être se trouvait elle tout simplement dans une forêt ? ( … )

La jeune fille se tenait debout, accrochée au tronc d’un de ces arbres si nombreux qui l’entourait, le visage éternellement recouvert de son capuchon qui cachait ses grimaces de douleur et une main autour du ventre. Une pointe venait de le traverser, elle avait mal, la tête qui tournait et une intarissable envie de vomir qui l’interdisait de continuer plus loin. Une envie qui finie par remonter les tuyaux de son intestin et tout étaler sur le sol. Etait elle malade ? Ou blessée ? En tout cas, trop mal en point pour le savoir elle-même… Titubant à moitié, elle reprit peu à peu son chemin, contournant ce qui restait de son maigre repas.

Elle ne savait pas où elle allait, toujours marcher pour ne pas sombrer c’était la seul chose qui la maintenait debout. Tout était flou, mais ce qu’elle savait c’est que s’asseoir pour reprendre des forces, c’était une mort quasi certaine : la nuit approchait, et le froid, les brigands ou encore la faim n’auraient pas eu beaucoup de mal à l’achever. Devrait elle marcher toute la nuit, elle le ferait ! Trop jeune pour mourir. Et pas assez pour se permettre d’abandonner maintenant.

Harmony comptait ses pas, les alignants avec difficulté. Elle se sentait peu à peu reprendre ses esprits, le pire était passé si le destin n’était pas contre elle. Comment avait elle réussit à arriver dans ces états ? La question n’était pas là… Mais plutôt, comment réussirait elle à en sortir ? Profitant de ses quelques instant de lucidité, elle leva sa tête devenue subitement aussi lourde que du plomb, quittant de vue ses pieds et perdant l’équilibre au bout de quelques secondes… Quelques secondes qui furent suffisante pour qu’elle aperçoive un lac parmi les arbres et qui restèrent trop courte pour l’empêcher de s’écrouler à nouveau par terre. Que faisait il ici ? Bah ! A quoi bon se poser la question puisque le coin d’eau ressemblait plus à un mirage qu’autre chose. Peut être qu’en se rafraîchissant, elle se sentirait un peu mieux ? A condition de ne pas couler une fois avoir mis la tête au bord de l’eau…

Sentant venir un nouvel objectif plus attrayant que l’éternel marche à pied, elle réussit à ramper jusqu’au tronc qui n’avait pas réussit à se planter plus proche de l’endroit où elle venait de s’écrouler et à s’accrocher à la mousse sèche et aux lierres qui recouvraient l’arbre pour réussir à se relever, la tête tournant plus vite de minute en minute.

Un violant mal de tête vint accompagner les pas qu’elle essaya d’effectuer vers le coin d’eau. Comme s’il voulait rentrer dans une de ses oreilles pour encombrer son esprit et contaminer ce qui restait de son cerveau. Le crâne quasiment transpercé, un cri voulu s’échapper de son corps. Un cri qui aurait voulu réveiller un mort, s’il ne s’était pas transformé en un vilain grognement.
Son corps ne lui obéissait plus.

C’était trop tard, elle était finie. Elle venait d’entendre un bruit à sa droite. Quelqu’un se dirigeait dans sa direction sans pour autant faire attention à rester discret. Un gamin allait l’achever ? Non, elle ne voulait pas… Elle eut tout à coup un élan de honte envers elle-même... Qui réussit à la faire retomber sur le sol. C’était décidé, elle ne se relèverait pas. A quoi bon, si c’était pour retomber quelques pas plus loin ? Et cette présence qui ne cessait de s’approcher… Elle le savait, elle allait mourir. Alors autant se rappeler pourquoi…

La jeune fille réussit à s’asseoir, et les yeux plongés dans le vide elle fouilla dans son esprit pour chercher une réponse à sa propre question… En vain. Son regard tomba alors sur l’eau du lac qui ne se tenait plus si loin que ça. A moins qu’elle ait perdu aussi sa notion des distances.


- Le bon bois de construction ne pousse pas facilement. Plus fort est le vent, plus solides sont les arbres.

Qui avait parlé ? Elle ? Celui qui se dirigeait vers elle ? Le lac ? Le lapin qui se cachait derrière les buissons ? Pourtant... Cette voix ressemblait à la sienne...
C’est alors qu’il lui apparut clairement ce qu’elle était. Ses yeux s’en agrandirent, comme voulant quitter le corps honteux qu’ils habitaient.
C’était pourtant évident… Elle était ivre.


{ Arf arf arf .. A vous l'honneur ! x) }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madowen.labrute.fr/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le ridicule ne tue pas. [ Pv ]   Jeu 27 Nov - 17:08

Parfois l'on demandait pourquoi les Hommes avaient-ils besoin des forêts, autre que le fait de tout détruire afin de réaménager quelques villages, ou bien utiliser le bois pour créer des palissades de défense. Non, les êtres humains en avaient besoin parfois pour se cacher, pour être seuls dans la profondeur des ténébres, ou parfois, de façon un peu moins classe, commettre tel ou tel crime à l'abri des regards et des oreilles. Dans tous les cas, une épaisse forêt cachait toujours quelque chose, et ici, en l'occurence, il s'agissait d'un grand lac.

Misao ne savait pas trop pourquoi elle était venue jusqu'ici, après tout, elle n'avait pas besoin de se cacher ou d'être seule. Même quand elle marchait devant quelqu'un, celui-ci ne faisait pas attention à elle, et jamais elle ne l'avait comprit. Pourquoi, pourrait-on se demander, ne se rendait-elle pas compte, alors qu'elle était un esprit ? Réponse, son caractère un peu trop blasé lui avait dit net "les fantômes, ça n'existent pas", alors savoir qu'elle-même était morte, alors qu'elle pouvait marcher, toucher, sentir, voir et entendre les choses... Impossible. Et pour le décalage de cent années avec son époque. Oh, tout simplement qu'elle se prenait pour La Belle au Bois Dormant, même si bien entendu, elle ne s'était jamais souvenu du moment où elle se serait piquée sur un fuseau. Illogique, totalement illogique, mais pour faire plus simple, disons que même avec son âge, elle croyait aux contes de fée, mais pas aux histoires de fantôme. Ne croire que ce qui est agréable.

Pour en revenir au présent, l'esprit de la jeune fille était donc arrivée près d'un lac, s'approchant doucement pour toucher l'eau du bout de ses doigts blancs, avant de voir qu'elle n'avait pas de reflet, une question, lui vint alors doucement en tête :


- La Belle au Bois Dormant ne voyait-elle plus non plus son reflet dans l'eau après son reveil ?

Elle avait dit ça d'un ton neutre, impassible et sans émotions. Les gens qui la voyaient disaient toujours qu'ils avaient vu un fantôme blanc comme neige à l'expression plus froide que glace. Pourquoi donc le blanc était-il associé à cela alors ? Misao n'y comprenait rien.

Un bruit la fit alors réagir, et la jeune fille se retourna. Une autre personne se trouvait à proximité, et elle semblait être en piteux état, vu ses réactions. De plus, elle parlait toute seule, ce qui était étrange, mais ça n'était pas du tout le problème de l'esprit. Après tout, dés qu'elle approchait quelqu'un, il lui arrivait quelque chose, et c'était sur elle que cela revenait. Une fois même, on l'avait agressée sans raison, et Misao avait réussi à s'enfuir.

La femme qui se trouvait plus loin... Enfin, elle disait femme, mais c'était tout simplement parce qu'elle n'arrivait pas à discerner s'il s'agissait d'une adulte ou d'une enfant. La seule chose que l'on pouvait voir, c'était sa tenue entièrement rouge, comme celle du conte, tiens. Peut-être serait-il judicieux d'aller la voir ? Juste pour voir ce qu'elle avait... Et puis, ça va, elle avait pas besoin de se justifier pour ça. La maîtresse des deux de tensions avait bien le droit d'aller voir des personnes, surtout si celle-ci se sent mal en plein milieu d'une forêt à côté d'un lac où personne ne va.

Mais en s'approchant un peu trop de cette fille, Misao ne put s'empêcher de ressentir à nouveau ce qu'elle cachait en elle depuis son reveil. Cette envie de faire du mal, de faire souffrir, de voir la peur et la souffrance incrustée sur un visage. Pourquoi une fille aussi inémotive qu'elle devrait avoir ces pensées ? Ce n'était pas normal. Oui, elle était bizarre, mais à ce point, cela commençait à faire drôlement peur tout de même.

Etait-ce une bonne idée de s'approcher au final ? L'esprit avait conscience qu'elle essayait de retenir cette haine qui venait d'on ne sait où, mais elle savait aussi que la moindre petite flamme pourrait tout aussi bien la faire exploser. Dans ces moments-là, Misao n'avait aucun souvenir de ce qui se passait, elle se reveillait toujours plus loin, à côté de ce lac.

Se tenant légèrement la tête, la jeune fille approcha sa main de l'inconnue, plus précisément vers son cou blanc où il perlait quelques gouttes de transpiration. En vérité, elle voulait juste savoir ce qui se passait, mais de loin, on pouvait tout simplement croire qu'elle était sur le point de lui ôter la vie en s'apprétant à l'étrangler. Avec un tel silence, on avait l'impression même que la nature s'arrêtait pour observer l'acte irréparable qui risquait d'être commis.


Dernière édition par Misao Hakanai le Jeu 4 Déc - 9:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kris Spencer
Démon des rues
Démon des rues
avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 21/10/2008

Fiche d'identité
† Protégé(e) de/par: Joshua Thacker
† Force Ange/Esprit:
0/0  (0/0)
Relation:

MessageSujet: Re: Le ridicule ne tue pas. [ Pv ]   Dim 30 Nov - 21:36

Certaines maladies sont assez contagieuses. Comme le rire ou peut-être les pleurs. Enfin, c'était souvent le cas lorsqu'on était sensible comme un humain normal. Mais peut-être que cette nuit là, c'était le cas de Kris qui venait de se prendre une cuite monumentale. Pour quoi faire? Après tout, il n'y avait personne qui l'attendais chez lui pour l'assener d'une gifle magistrale. Oh non, il oubliait Joshua ... mais à vrai dire, le jeune homme avait le cerveau beaucoup trop embué pour avoir à penser à lui en tout conscience. Accompagné de son chien qui, lui, marchait droit, le jeune voleur errait dans les rues à la recherche d'un petit coin tranquille pour reposer sa vessie.

Je vous dit qu'il a bu des gorgées de bieres, alors il faut bien évacuer tous cela! Pourtant dans son empressement, Kris restait relativement calme et surtout, aucun trait de son visage ne signalait la présence d'alcool dans son sens. Ses yeux restaient parfaitement lucides et en fentes, ce qui lui permettait de sauver les apparences sans avoir à rabattre un capuchon sur ses cheveux. Mais dans sa tête, tout semblait artistiquement flou et il ne s'était pas rendu compte des nombreux verres de bière qu'on lui avait offert ce soir là. Un anniversaire ou des tournées payées dans la taverne des quartiers pauvres. Bref ...
Alors dans cet instant de titubation, Kris s'était retrouvé en dehors de la ville pour venir errer près de la forêt. Il n'avait rien à craindre, son clébard restait près de lui en cas de doute qui pouvait facilement s'insinuer maintenant que la nuit était tombé. Après tout, la forêt est certainement l'endroit le moins sur des environs de Nemausus. Quoi que la prison ... cette pensée le fit sourire car depuis le temps qu'il vivait de la rue et des marchés, le jeune homme ne s'était jamais fait prendre, comme bon nombre de ses comparses. Et en parlant de comparses, le jeune homme s'arreta un moment sur place, près d'un gros rocher qui lui cachait la vue du lac. Il semblait avoir mis si peu de temps à l'atteindre qu'il n'avait pas vu qu'il était allé aussi loin. Alors qu'il aurait voulu faire demi tour, il vit un petit éclat rouge près de l'eau, là où gisait 2 personnes. Enfin ... plissant les yeux, Kris put voir qu'il s'agissait plutôt d'une personne à terre et d'une autre qui lui serrait la main.

Voulant faire demi tour devant cette image beaucoup trop romanesque, il tourna des talons avant d'écarquiller les yeux. Non, ce n'était pas une main qui serrait l'autre mais plutot une main qui serrait un cou, dans l'intention de tuer l'autre personne. Et cette autre personne, Kris ne savait trop bien de qui il s'agissait. Certes, il n'avait jamais eu pour habitude jusque là de parler avec des gens pratiquant le même art que lui mais au fond, ils avaient tous la même éthique: on se débrouillait seul mais au moindre pépin, on se serrait toujours les coudes. Une pratique qui avait porté ses fruits à de nombreuses reprises sans avoir de préjugés ni de compte à rendre. C'était ainsi. On se voyait, on se reconnaissait, on ne se parlait pas sauf en cas d'urgence.

Alors cet éclat rouge, Kris le reconnaissait pour l'avoir vu à plusieurs reprises au détour des rues. Elle s'appelait Harmony et c'était bien la seule chose qu'il savait d'elle. Sauf le fait qu'elle était plutôt douée dans ses plans. D'une vitesse presque éclair, le jeune démon des rues eu le temps de courir jusqu'à elle, glissant presque sur les feuilles mortes et mouillés étalé sur l'humus avant de repousser brutalement la jeune fille de l'autre personne. Mais ne calculant pas son coup, Kris dérapa légèrement et l'entraina dans l'eau qui n'était pas encore très profonde sur les rebords du lac. Le froid lui piqua alors la peau comme des limiers d'épine, le revigorant l'esprit et décuvant presque immédiatement avant de tourner le regard vers la jeune fille qu'il avait propulsé avec lui.

Au loin, il entendait les jappements de son chien avant que ceux ci ne se transforment en grognement puissant. Les cheveux mouillés mais la vue bien aiguisée pour le moment, il cru discerner la forme qui était là auparavant et son chien qui semblait sur le point de l'attaquer. Or son chien n'était pas rageur pour un rien. Ses paroles n'avaient rien de méchant mais juste pour effet de réveiller un peu la jeune fille qui n'avait pas l'air dans son état normal pour se laisser faire ainsi.


Hey la blonde, décuve un peu au lieu de couler !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harmony Hearn
|| Little Red Riding Hood
|| Little Red Riding Hood
avatar

Féminin
Nombre de messages : 55
Age : 24
Localisation : Schoko'bonland
Emploi/loisir : Femme au foyer
†Humeur : JFAVG
Date d'inscription : 29/09/2008

Fiche d'identité
† Protégé(e) de/par: Eileen
† Force Ange/Esprit:
0/0  (0/0)
Relation:

MessageSujet: Re: Le ridicule ne tue pas. [ Pv ]   Mer 3 Déc - 17:20

Elle était apparue et Harmony en restait éberluée. Ce visage fin, ces cheveux blond presque blanc et cet air serein… Elle s’était attendu à un gamin venu l’achever, ou encore un lapin et la jeune fille qui s’était postée devant sa pauvre personne avait tout de l’ange qui venait chercher le bienheureux pour l’emmener au paradi. Le paradi ? Depuis quand pensait elle pourvoir y poser son séant ? Ou que qui que se soit puisse le faire d’ailleurs ? Elle serait bien la dernière à y accéder mais… Avant, elle n’aurait jamais cru à ce genre d’absurdité, mais après avoir rencontrer Eileen et avec une bonne dose d’alcool circulant dans les veines, tout devenait possible, n’est ce pas ?

Harmony avait relevé la tête pour regarder cette nouvelle apparition de toute sa hauteur, lui offrant ainsi un nouveau vertige et laissant tomber son capuchon sur ses épaules. Une fois son visage découvert avec la bouche entrouverte, les yeux vitreux et la tête basculée en arrière, elle avait adopté un air plus que débile… Mais elle s’en fichait, ce qu’elle voulait c’était se barrer. Dans son lit, au ciel, dans le néant ou au fond d’un café… Mais pas ici ! Alors qu’elle ait l’air simplette, où était le problème ? Et puis… Elle était et resterait splendidement splendide.

L’Ange avait alors tendu sa main vers elle. Pour quoi ? La toucher ? L’emmener aux paradi des terriens ? Lui serrer la main ? Etant donné que cette dernière idée semblait être la plus plausible, Harmony avait donc tendu à son tour sa poigne vers cette ange pour ne pas la vexer en refusant son invitation si joviale, et puis… C’est là que tout avait basculé.

L’ange avait escissé ce qui ressemblait à une grimace sur son visage si angélique, et alors que leurs mains allaient se toucher quelque chose lui avait foncé dedans tel le taureau qui s’encastre dans un mur, la propulsant cul par dessus tête dans l’eau glaciale du lac.

C’est ce qu’elle avait désiré après tout, non ? Mais avec la tête dans l’eau et un nouveau malaise, elle en voulait enormément au taureau qui venait de la renverser. Pourtant, ce rafraichissement gratuit lui avait fait retrouver quelques peu ses esprits. Bien qu’elle croie toujours avoir vu un ange, elle avait tout de même supprimer l’hypothèse du taureau. Cependant, quand elle eut réussit à jeter un coup d’œil vers la chose qui avait attéri dans l’eau avec elle, il lui avait resté quand même quelques doutes…

Elle avait donc finalement réussi à se redresser pour se jurer qu’elle tuerait l’abrutit qui l’avait tiré de cette vue si agréable que celle d’un ange lui accordant le droit de le toucher, et maintenant, quoi ?
Elle leva les yeux vers l’imbécile en question qui n’avait pas réussit à la pousser autre part qu’au milieu du lac et le choc fut à nouveau rude. Ce visage, ces expressions… Elle le connaissait, elle en était sûre ! Mais où ? Et comment ? Son esprit était encore trop ambué pour qu’elle puisse se le dire... A un autre moment peut être.

Comme les évènements n’arrêtaient pas de s’accélérer en s’enchaînant à toute vitesse pour sa pauvre tête, elle poussa un juron quand ses oreilles se mirent à bourdonner. Elle commençait à en avoir ras la soucoupe de ce corp qui ne lui obéissait plus… Pourtant, il lui devint évident que ces bourdonnements n’étaient autres que les aboiements d’un chien en furie qui gueulait contre l’ange… Qui ne lui semblait plus si angélique que ça d’ailleurs. Peut être à cause des cris du chien ?

Elle allait se mettre à essayer de gueuler plus fort que le chien pour essayer de le faire taire, mais le jeune taureau lui adressa la parole…


« La blonde pourrait t’envoyer cueillir des pommes en enfer s’tu continue à l’envoyer barbotter avec les canards… »

Des menaces ? Peut être bien…
Mais être de mauvais poil ne lui allait pas mieux qu’aux autres. Et si le chien n’arrêtait pas de gueuler maintenant, elle l’égorgerais… Tiens ? Pourquoi pas ? C’était le meilleur moyen pour qu’il se taise… Mais pour cela, il aurait fallut qu’elle se lève. Une effort insurmontable pour une jeune fille de son envergure…

Plaquant ses mains sur ses oreilles, elle essaya encore quelques instants de résister avant de se mettre à pousser un cri stridents après ce chien en espèrant que pour une fois les manières « simples » serait plus efficaces que la manière forte.


Du genre lente, j'me sens comme un boulet --' Pardon, en plus ma réponse n'me plait pas ><"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madowen.labrute.fr/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le ridicule ne tue pas. [ Pv ]   Mer 3 Déc - 22:30

Misao avait du mal avec toute cette histoire. Plus avançait sa main vers le corps de la jeune blonde, et plus elle ressentait ses envies meurtrières, ses envies de voir du sang couler, de voir des visages ravagés par la haine et la souffrance. Son visage si neutre à l'origine commençait à se déformer à cause de cela, ressemblant beaucoup plus à un rictus démoniaque qu'à une envie de se retenir de commettre un acte regrettable par la suite. Pourquoi donc de telles pensées se mettaient à envahir son esprit pour qu'elle ne pense désormais plus qu'à cela ? Et cela se déclenchait à des moments très précis... Et de plus en plus souvent d'ailleurs, ce qui faisait un peu peur.

Puis, quelque chose frappa la jeune fille en face d'elle. Un humain, cela se voyait, et celui-ci l'entraîna d'ailleurs vers le lac. Pourquoi avoir fait une telle chose ? Les eaux devaient être complètement gelée, et vu la vitesse à laquelle ils s'y étaient précipités, cela ne serait pas sans conscequences, notemment pour "le petit chaperon rouge", qui était déjà dans un mauvais état.

Mais pourquoi s'en faisait-elle ? Ce n'était pas du tout ses affaires, elle ne connaissait pas ces gens. Et puis, elle n'avait pas besoin de leur parler en fait. L'indifférence, la solitude, c'étaient les véritables armes de quelqu'un, d'une femme, même si elle ne savait pas qu'en réalité, elle était morte depuis des années, un siècle même pour être précise. De plus, comme les deux personnes étaient plus loin d'elle, Misao ne ressentait plus d'envie de massacrer quelqu'un, ce qui la rassura.

Son visage resta même indifférent face aux aboiements du chien du type qui était arrivé un peu plus tôt. Celui-ci n'arrêtait pas de grogner, comme si elle représentait une menace quelconque. Ok, elle avait beau être bizarre, elle n'allait pas non plus lui voler son os, il pouvait se taire. Elle ne lui ferait rien. Quel interêt d'ailleurs ? L'esprit aurait toujours du mal à comprendre les animaux. Et les humains aussi d'ailleurs. Même lorsqu'elle était vivante, elle n'était pas très douées pour les relations, elle n'avait même presque pas de vie sociale. Et même si elle ne s'en était pas rendue compte, son état s'était bel et bien agraver depuis sa mort :

- Chuuut...

Elle mit son doigt à ses lèvres face au chien. Peut-être que cela le calmerait un peu, on ne pouvait pas exclure toutes les possibilités. Remettant bien en place son kimono, Misao entendit au loin une dispute, celle de l'inconnue avec le type qui l'avait emmené à l'eau. Elle avait ses raisons d'être de mauvais humeur, et elle ne semblait pas apprecier les aboiements du chien.

L'esprit ne s'approcha pas de l'eau, se demandant s'il ne serait pas préférable pour elle de partir. Après tout, elle voulait juste retrouver un endroit calme, et voilà où celà l'avait mener... Comme quoi, le sort semblait drôlement s'acharner sur elle, ce qui franchement, lui faisait ni chaud ni froid. Que dire à propos d'une fille blasée ? Elle n'aimait rien et ne détestait rien. Tout n'était que néant, et le resterait d'ailleurs.

[HRP : Pardon de ne pas écrire énormement... U_U]
Revenir en haut Aller en bas
Kris Spencer
Démon des rues
Démon des rues
avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 21/10/2008

Fiche d'identité
† Protégé(e) de/par: Joshua Thacker
† Force Ange/Esprit:
0/0  (0/0)
Relation:

MessageSujet: Re: Le ridicule ne tue pas. [ Pv ]   Jeu 11 Déc - 15:50

La dite blonde avait alors enfin commencer à se réveiller de sa torpeur pour commencer à s'agiter un peu partout. Contemplant un instant sa petite cape rouge qui flottait dans l'eau un peu glacé, Kris la regarda crier un moment lorsque qu'elle lui répondait d'office. Ce qui était assez bien chez les gens de leur espèce, c'est qu'il était assez rapidement sur le qui vive, même si bourré, ils étaient un peu lent à la détente. Mais la jeune fille récupérait assez bien la chute pour pouvoir le faire.

Sauf que toi, tu barbotes comme une poule, c'est différent répondit-il du tac au tac

Il avait bien sur remarqué que la jeune fille se bouchait les oreilles à cause des aboiements de son chien et il pouvait aussi l'entendre résonner dans ses oreilles. Peut-être était-ce l'effet de l'écho mais il doutait fortement que leur état pas très sobre en était la cause. Mais beaucoup trop loin du rebord, Kris ne pouvait se mettre à la hauteur exigé pour rappeler son chien qui continuait de grogner contre l'étrangère qui se tenait toujours devant eux. Et si Harmony pensait que son chien allait lui obéir, elle devait être très frappé pour penser ce genre de chose.
Peut-être qu'elle n'avait encore rien remarquer du geste que l'inconnue avait fait envers la voleuse, mais Kris avait nettement vu une main s'approcher de son cou et ce n'était certainement pas pour la relever de l'eau alors qu'elle allait déjà glisser. Le jeune homme fit alors quelques brasses, sentant l'eau s'infiltrer plus profondément dans ses vêtements lui rendant le souffle court arrivé au bord. Il n'espérait pas vraiment que la jeune fille le suive à nouveau, après tout, elle savait nager alors qu'elle se débrouille. Posant ses mains sur l'herbe mouillé, il tenta de ne pas glisser à nouveau et de rappeller son chien d'une sifflement. Mais celui ci continuait de montrer ses dents et le jeune homme put alors enfin voir de qui il s'agissait.

Une femme, bien entendu, de taille moyenne, semblait rester stoïque devant eux, comme si elle était en proie à un tiraillement sans fin. Ses yeux semblaient aller de droite à gauche tout en revenant sur eux, comme pour savoir s'il y avait une solution de sortie après la faute commise. Sortant de cette eau et passant les mains dans ses cheveux pour les rendre moins dégoulinant, Kris la vit poser ses mains sur ses lèvres pour intimer à son chien de se taire.
Pour le jeune homme, ce fut presque le geste de trop dans cette histoire. Pourquoi tous le monde pensait avoir de l'autorité sur un chien qui n'était pas le leur? Son chien avait été éduqué par ses propres soins et ne pouvait obéir qu'à son maître et pas 2 inconnus. Il la regarda un moment, dans une lueur emprunt d'indifférence avant de s'avancer vers son chien et le faire reculer en posant sa main sur son collier.

Laisse moi m'en occuper maintenant, tu veux ...

Sa voix n'était qu'un murmure mais son chien, docile, l'écouta pour aller un peu plus loin, restant sur le qui vive. Son regard ne lâchait pourtant pas l'étrangère de ses lieux que Kris n'avait jamais vu avant. Pourtant, en tant que voleur, il se devait de connaître chaque tête de son village, même les nouveaux habitants qui arrivaient comme des mouches à mystère. Son regard se posa un moment vers la jeune voleuse, s'assurant qu'elle n'était pas entrain de couler avant de reporter durablement son attention vers l'étrangère.

Qui êtes-vous ? demanda-t-il de but en blanc

Il n'avait pas pour habitude de poser des questions, sachant que ses mêmes questions lui revenaient toujours. Mais cette jeune étrangère semblait émaner une chose dont il n'arrivait pas à y mettre un point. D'abord, elle avait tenté d'étrangler sa compagne Harmony, puis ne cherchait pas à fuir en étant pris sur le fait. Avait-elle un quelconque problème psychologique pour oublier de partir, ne serait-ce que par fierté?
Nul doute que Kris ignorait sa condition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harmony Hearn
|| Little Red Riding Hood
|| Little Red Riding Hood
avatar

Féminin
Nombre de messages : 55
Age : 24
Localisation : Schoko'bonland
Emploi/loisir : Femme au foyer
†Humeur : JFAVG
Date d'inscription : 29/09/2008

Fiche d'identité
† Protégé(e) de/par: Eileen
† Force Ange/Esprit:
0/0  (0/0)
Relation:

MessageSujet: Re: Le ridicule ne tue pas. [ Pv ]   Sam 20 Déc - 17:02

Le froid avait commencé à lui glacer les os. L’eau s’était infiltré dans sa chaire et Harmony n’allait pas tarder à se transphormer en glacon. Elle avait si froid... Assez froid pour qu’un nouveau mal de tête vienne lui transpercer le crâne… Il fallait qu’elle sorte du lac. Mais avec des membres gelés et une quasi conviction qu’elle aurait encore plus froid dehors que dedans, c’était dûre de muter cette idée fumeuse en conviction…

C’est sous cette emprise glacial qu’elle décida qu’elle n’avait pas à répondre aux propos du garçon. Comment pouvait on la comparer à une poule ? Bah ! Elle lui réglerais son compte plus tard, Quand… Quand elle sera en état de réfléchir posemment. D’ailleurs, ce garçon… Les souvenirs vinrent la frapper brutalement. Mais oui ! Comment avait elle réussit à l’oublier ? C’était lui. Kris. Le petit voleur qui avait retenu son attention dernierment… ~

Après avoir effectué quelques brasses vers le rivage, traverssant des eaux sombres et boueuses, elle s’extirpa des eaux du lac pour se retrouver encore plus boueuse et craseuse que quand elle y était entré. Elle tenta d’essorer ses habits dégoulinants pour se rendre « présentable », mais en vain… Elle ne réussit qu’a donner on ne peut plus pitoyable aux bouts de tissus qui la drapaient.

Quand elle eut finit de s’occuper de sa petite personne, son attention retomba sur ses deux compères. Bizarrement le chien s’était tu. Comment était ce possible ? Etait il mort ? Etranglé ? Noyé ? Au couteau ? Bouarf ! Ca n’avait plus d’importance maintenant. Un silence étrangement lourd venait de s’installer. Comme si nos trois personnages ne pouvaient s’entendre…. Un silence lourd, mais, qui plus est, agréable !

Le voleur et l’ange s’entre regardaient comme deux étrangers prêt à se sauter au coups et s’entre étrangler dans un combat qui aurait été fort interressant si un nouveau mal de crâne n’avait pas entreprit de la faire divaguer et marcher bancalement tel un saoul en direction de l’ange…

Sans réussir à se retenir, la voleuse vint se poser - ou disons s'étaler - contre l’ange, s’appuyant sur les épaules de celle ci suite à un puissant vertige… Quand elle réussit à reprendre ses esprits quelques secondes plus tard pour s’éloigner d’une dizaine de centimètres de la fine silhouette, l’idée ne lui vint pas de s’escuser. La finesse floutée de son visage venait de capturer son attention et son admiration. Son visage avait l’air si doux vu de si près que sa main vint naturellement caresser celui ci du bouts de doigts… Et il s’averra qu’elle ne s’était pas trompée.
Prise d’un subit élan, ses lèvres vinrent rencontrer celles, rouges et fines, de la jolies jeune ange…

L’embrassade ne lui sembla pas aussi impromptu que lorsque le chien se remit à aboyer au même instant. Après tout, n’oublions pas qu’elle était ivre…

Après ces quelques instants agréables, elle finit par s’éloigner de cette agréable chaleur, cessant de caresser cette douceur, se détachant de la jeune fille. Un sourire décorait son visage… Ca faisait un moment qu’elle ne s’était pas laissée aller à ce genre de sensations.



[ Court, pardon ~ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madowen.labrute.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le ridicule ne tue pas. [ Pv ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le ridicule ne tue pas. [ Pv ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nemausus :: . [Terres Interdites] :: . Le Lac des Maudits-
Sauter vers: