Nemausus

Nemausus. 17ème siècle. Après un bal masqué ayant mal tourné, la ville perd peu à peu pied... supporterez-vous la volonté divine ?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Musique au creux de l'arbre (PV Eve)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathaniel


avatar

Nombre de messages : 7
Localisation : à quelques centimètres au-dessus du sol
†Humeur : mitigée selon les gens, mais plutôt bonne
Date d'inscription : 25/12/2008

Fiche d'identité
† Protégé(e) de/par: Angèle Trinity
† Force Ange/Esprit:
30/100  (30/100)
Relation:

MessageSujet: Musique au creux de l'arbre (PV Eve)   Lun 29 Déc - 12:32

Nathaniel redécouvrait Nemausus avec plaisir. Il voulait connaître cette nouvelle ville, aussi bien que "l'ancienne". C'est pourquoi il en explorait chaque bâtiment, chaque recoin, n'ayant rien à faire de ses journées, attendant toujours de trouver, soit son protégé dont il rêvait parfois, soit un ange ou un esprit qui lui rappela une ancienne connaissance. Si Matthias revenait sur Terre, ce serait sûrement en esprit, cela reflétait parfaitement son caractère d'humain. Mais il ne fallait plus penser à tout ça. Pour l'instant il n'avait fait aucune mauvaise rencontre, et il fallait esperer que cela continue de même. Sur ces entrefaites, Nathaniel arriva devant l'école d'art. Perdu dans ses pensées, il entra sans trop se soucier de l'endroit où ses pas le guidaient. L'école d'art était là depuis bien longtemps, il se souvenait y être passé quelques fois, lors de son ancien séjour à Nemausus.. Mais aujourd'hui, c'était devenu un véritable petit havre de paix. Quelques jeunes hommes et femmes étaient assis sur des bancs, griffonnant des dessins, plus ou moins bien réussis. Ne connaissant pas grand choses à tout ce qui était art pictural, Nat continua d'avancer. Il se retrouva bien vite dans ce qu'on appelait communément "l'Allée Musique"

Je me demande comment, étant musicien, tu peux encore aimer la musique
(Anouilh)


Des mélodies instrumentales perçaient à travers différentes fenêtres. Nat s'assit confortablement sur un banc, decidé à poursuivre le fil de ses pensées. Seulement son esprit fut très vite accaparé par les mélodies. Il ne connaissait rien à la musique. Enfin, pas exactement. Disons plutôt qu'il en gardait certains mauvais souvenirs. Sa famille avait toujours voulu lui apprendre à jouer du violon, mais il n'y était jamais parvenu. Et pourtant il appréciait et savait écouter avec soin toutes sortes de sons. Il avait pour ainsi dire, une très bonne oreille. Mais il était incapable de jouer correctement. Pendant les premières années, cela l'avait rebuté, et il n'avait plus jamais voulu entendre parler d'instruments de sa vie. Puis petit à petit il était venu à aimer ce côté insondable de la musique. Il ne serait jamais musicien, c'était donc un fait, et c'était même à cause de cela qu'il se mettait à l'aimer. Cette aura de mystère qui enveloppait désormais les sons qu'il entendait l'attirait. Il avait l'impression que chaque être capable de tirer une jolie mélodie d'un morceau de bois travaillé, ou capable de créer ses instruments, étaient des sortes de créatures tout bonnement magiques. Maintenant qu'il était ange, ses rapports avec les musiciens étaient étranges. Ange et moins naïf qu'avant, peut-être même plus orgueilleux, il se sentait un peu supérieur aux simples humains. Et pourtant il tombait toujours en admiration face aux compositeurs et autres. Paradoxalement, cette nouvelle étrangeté l'attira encore plus. Que de bêtes humains, soumis aux aléas de la vie, soit capable d'éblouir un ange lui paraissait admirable, et il les respectait encore plus qu'au temps de son adolescence passée.
Il ne cherchait plus à perçer les mystères des sons, il en savait déjà assez pour connaître les principales ficelles, et préféraient garder une image du reste floue et magique.

Ainsi pensait Nathaniel, assis sur son banc. Son regard se perdait dans le vide. Il aurait voulu pouvoir s'appuyer sur un petit nuage et... Mais ! Il le pouvait ! Nathaniel ne maîtrisait pas bien tous ses nouveaux dons, mais il savait voler, il affectionnait ses deux grandes ailes. Il regarda tout autour de lui, et, doucement, glissa dans le ciel bleu jusqu'à une branche d'arbre. Il s'arrêta quelques millimètres au-dessus, vérifia que la branche était solide, et s'installa. De là où il était, il distinguait parfaitement les différents musiciens. Il y avait tout à gauche une jeune femme qui observait son violon comme s'il avait un défaut. Juste à côté, un vieux monsieur assis devant un piano qui déchiffrait une partition remplie de doubles-croches, à ce que Nathaniel voyait. Et plus à droite, une femme d'une trentaine d'années qui jouait une mélodie à la flûte traversière. Nathaniel était surpris de voir toutes les fenêtres ouvertes. Est-ce qu'ils ne se gênaient pas les uns les autres, à jouer ainsi côte à côte des partitions différentes ? Les pièces étaient probablement conçues pour étouffer les sons, mais ils ne souhaitaient pas s'enfermer totalement. Peut-être qu'il faisait tout bêtement trop chaud. Mais non, les flocons glissaient doucement sur les murs. Alors quoi ? Peut-être, se dit Nathaniel, peut-être qu'ils aiment être ensemble, partager quelque chose sans se parler. Ils sont dans leur monde.


La musique souvent me prend comme une mer
(Baudelaire)


Nathaniel cette fois avait fermé les yeux, et se laissait complètement aller. Il n'était pas endormi, mais dans une espèce de repos léthargique. Il se souçiait peu qu'on le remarque. D'autant plus que juché sur son arbre comme il était, personne ne le remarquerait. Du moins c'est ce dont il était convaincu. Il s'abandonnait complètement aux sons qu'il entendait, et ses pensées qui d'abord tournoyaient dans tête s'étaient maintenant apaisées. Elles ne concernaient plus son passé d'humain, trop lourd à porter. Il ne faisait que se rappeler les rues croisées dans la journée, les visages des gens, les différentes couleurs des nouvelles armoiries qu'il avait reconnu sur les diligences des seigneurs. Il se remémorait les maisons plus ou moins belles qu'il avait observé sous le soleil d'hiver. la journée devait déjà être un peu avancé. Il n souhaitait pas ouvrir les yeux pour chercher du regard la grosse horloge de l'église, mais il devinait que c'était le début de l'après-midi. Le soleil chauffait plus que ce matin, et Nathaniel se sentait dans son arbre comme dans un délicat cocon. Il ne souhaitait rien au monde. Un vague sentiment de culpabilité l'assaillait, quand il songeait qu'il aurait du trouver son protégé au plus vite. Mais être délogé de sa branche lui semblait une atrocité à ne pas commettre. Il profiterait donc de ce court répit, et aviserait ensuite.

Les minutes coulaient, toujours aussi douces, toujours aussi musicales. S'assurant qu'il était bien éveillé, Nathaniel ouvrit les yeux et regarda en bas. Quelle ne fut pas sa surprise, de croiser le regard d'une jeune femme !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Adamsberg


avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 22/11/2008

Fiche d'identité
† Protégé(e) de/par: Némésis
† Force Ange/Esprit:
0/0  (0/0)
Relation:

MessageSujet: Re: Musique au creux de l'arbre (PV Eve)   Dim 11 Jan - 17:48

C’était toujours un plaisir pour Eve, vous en conviendrez, de se balader et d’entendre de douces mélodies parvenir à ses oreilles. Si différentes et pourtant toutes si belle. Étant une amatrice incontestée de la musique classique, il était délectable pour elle d’en entendre autant. Ce matin là, elle s’était levée dans l’espoir d’avoir quelques clients et son vœu avait été exaucé. Oui, un peu plus tôt ce matin là, un jeune homme, sûrement élève de l’école d’art, était venu lui demander de nouvelles cordes de violon.

« C’est comme si c’était fait !

Avait-elle dit d’un ton joyeux. En un temps record, elle changea les cordes de l’instrument et prit l’acompte espéré pour son travail. Le jeune homme, pendant qu’elle faisait les transactions, admirait son instrument aux cordes toutes neuve. Puis, relevant la tête, il demanda :

- N’avez-vous jamais pensé travailler à l’école d’art ?

Cette phrase intrigua Eve. Non, jamais elle n’y avait pensé. Elle réfléchit un instant avant de répondre. Elle voulait sa réponse emprunte de sagesse, de sens, pouvant susciter un questionnement. Et d’un coup, cette réponse en question lui vint à l’esprit.

- Si, bien sûr. C’est une opportunité pour tous les musiciens. Pourtant, je crois que tout le monde devrait pouvoir profiter de la musique. Je me suis établie ici pour que non seulement les élèves de l’école d’art puissent profiter de mes services, mais aussi que même la personne la plus commune qui joue pour le total plaisir sans vouloir en faire une profession puisse en profiter aussi…
- Je vois,
fit le jeune homme…

Un petit silence se fit ressentir alors que son interlocuteur ne savait pas quoi répondre. Le dialogue reprit après un petit moment.

- Vous avez totalement raison. Tout le monde peut profiter de la musique…

Les traits du garçon s’étirèrent à mesure que le sourire qui se dessinait sur ses lèvres prenait de l’expansion… Une idée sembla lui traverser l’esprit car son regard s’anima d’une nouvelle lueur alors qu’il disait, le visage illuminé :

- Si vous voulez, vous pouvez venir faire un tour à l’école d’art pour voir ce que nous faisons ! J’en serais honoré, une connaisseuse de la musique comme vous…
- Mais c’est une excellente idée !
Avait fait Eve. Je doute d’avoir beaucoup d’autres clients aujourd’hui donc c’est d’accord ! J’accepte avec grand plaisir !

Le client quitta, le sourire aux lèvres, satisfait.

Et c’est comme ça qu’elle s’était retrouvée à l’école d’art, errante, recherchant avec grande attention l’allée de musique. C’était les basses fréquences d’un doux instrument qu’elle connaissait plus que bien qui l’attirèrent. Le violoncelle, bien sûr. Mais tout de même. Bien emmitouflée dans son manteau, elle passait brièvement devant les fenêtres des compartiments de pratique, entendant les gens jouer si bien de leurs instruments respectifs… Elle s’arrêta un moment devant celui où jouait le violoncelle. Un sourire étira ses lèvres. Des yeux, elle chercha un endroit où elle pourrait s’asseoir. Furtivement, elle vit un banc et alla s’y poser, de manière très éphémère, je dirais. Oui parce qu’en fait, un bruit dans les feuillages attira son attention… Curieuse, elle se leva et s’approcha de l’arbre le plus près. Lorsqu’elle arriva en dessous, Eve vit clairement la silhouette humaine qui y était perchée. Et lorsqu’elle sentit le regard de la personne se poser sur elle, elle se sentit devenir pâle…

« Bonjour ?

Fit-elle d’un ton incertain…
Elle ne savait pas vraiment si elle devait parler à cette personne perchée dans l’arbre. Mais quelque chose la poussait à le faire.

- Vous écoutez de la musique, vous aussi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Musique au creux de l'arbre (PV Eve)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La musique au Moyen Âge
» musique amerindienne
» Musique médiévale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nemausus :: . [Centre Ville] :: . Ecole d'Art :: . Allée Musique-
Sauter vers: