Nemausus

Nemausus. 17ème siècle. Après un bal masqué ayant mal tourné, la ville perd peu à peu pied... supporterez-vous la volonté divine ?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ennui, soupir, ennui... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asys
What is so pleasant ?
What is so pleasant ?
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15
Emploi/loisir : Ange...gardien ?...
†Humeur : Changeante. Monotone, peut être ?
Date d'inscription : 26/12/2008

Fiche d'identité
† Protégé(e) de/par: ?
† Force Ange/Esprit:
30/100  (30/100)
Relation:

MessageSujet: Ennui, soupir, ennui... [libre]   Mar 6 Jan - 20:55

Asys marchait d'un pas lent. Si lent, à dire vrai. Il traînait des pieds ; ses talons frottaient les pavés sur lesquels il avançait, provanquant un "tac" étouffé. Jolies chaussures ce matin, petites bottines en cuir assorties aux manches sur ses poignets. Il avait exceptionnellement attaché ses cheveux aujourd'hui ; il s'était surpris lui-même d'avoir enlacés ses mèches d'or dans un ruban bleu, au niveau de ses omopates. Ils flottaient si légèrement, sur le rythme de ses pas. Du bleu, si clair, ne s'accordant pas du tout avec le temps nuageux de Nemausus. Autrefois, à Londres, cette tenue se serait accordée au ciel...
Autrefois...


"Humpf..."

Autrefois, oui. C'était du passé. Il était d'ailleurs trop loin pour tenter de s'en souvenir...il n'avait pas que ça à faire.
Enfin...il ne faisait pas grand chose, là non plus. Il était juste tel un gosse de quatorze ans se baladant dans les ruelles. Il s'ennuyait. Toujours pas de trace de son protégé...en même temps, il ne savait pas ou chercher. Autant attendre qu'il lui tombe sur le nez...
Un sourire en coin se dessina sur son visage. Le destin...
Le sourire s'effaça et il leva la tête pour observer le ciel. Pourquoi tant de gris ? Il ne trouvait que ça en occupation : se poser des questions. Pourquoi ci, pourquoi ça...comme un enfant qui découvre le monde vivant. Sauf que lui, il découvrait aussi celui des morts...

Le garçon continuait à marcher silencieusement, juste ses souliers émettaient un bruit régulier et distinct. Les mains dans les poches, il retenu un soupir, encore un. Il tourna à gauche sans même en prendre conscience. Il marchait pour passer le temps, non pas pour trouver quelque chose.
Est-ce que ça occupait, avoir un protégé ? Hmmm...Peut être une punition divine pour ne pas le chercher ? Il s'imaginait lui-même la voix d'un Dieu, puissante et grave : "Pour ne pas chercher celui que tu dois protéger, Asys, tu seras condamner à t'ennuyer pour l'éternité jusqu'à ce que tu trouves cet être qui t'es lié !".
La bonne blague. Il avait déjà été puni en mourant, il ne savait pas pourquoi...il serait puni pour ne pas chercher son protégé ? Bon, d'accord, il avait décidé d'être un Ange donc il en avait le devoir, pourtant...

C'est ainsi que se cheminait sa pensée. Un soupir ; ha, un échappé...raté. Un point pour les soupirs.
Il s'arrêta soudainement, interpelé par quelque chose que son oeil bleu avait vu sans qu'il n'analyse cette chose en question. Il tourna son visage sur le côté et remarqua qu'il était face à un magasin de fleurs.
Il pivota entièrement cette fois, se retrouvant face à la vitrine. Machinalement, il resserra le noeud derrière sa tête. Il avait sans cesse peur qu'il se défasse et que son patch tombe, laissant un oeil marron à découvert malgré lui.
Il n'avait pas envie de se justifier ou encore se faire tabasser ou quoi que ce soit du genre...il avait assez donné, merci.

Une de ses mains sortit de sa poche pour pousser une mèche gênant son seul oeil visible, le seul qui lui servait à ce moment là.
Des lys...fleurs de l'indifférence. Il les aimait beaucoup. Son regard de fleurs en fleurs, des oeillets aux géraniums en passant par les roses...
Les roses rouges...les préférées de sa mère, à ce que son père lui avait dit. Lorsqu'il était encore à Londres, il en déposait souvent sur sa tombe. Mais maintenant...
Un sentiment d'amertume le traversa un instant. Pensait-elle qu'il l'avait oublié ? Est-ce qu'elle lui en voulait d'être encore "en vie" ? En même temps, il n'avait pas eu le choix.
Il regarda la porte du magasin.
Fermé, apparemment...
Bah, de toute façon, il ne pouvait pas aller à Londres. Et puis, il ne voulait pas. C'était inutile. Les morts ne revenaient pas...
Curieuse ironie.

Il soupira une fois encore. Si ça continuait, il allait perdre contre l'armée de soupirs qui se préparait pour la journée.
Sans qu'il ne bougea, il entendit quelqu'un...hmm, une occupation pour quelques temps ? Il en avait l'espoir...l'ennui est pire que tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azumi Hideyo


avatar

Nombre de messages : 10
Emploi/loisir : Voleuse
†Humeur : Confuse je crois.
Date d'inscription : 18/07/2008

Fiche d'identité
† Protégé(e) de/par: ?
† Force Ange/Esprit:
0/0  (0/0)
Relation:

MessageSujet: Re: Ennui, soupir, ennui... [libre]   Dim 11 Jan - 21:05


    La place était bondée ce jour. La fille avait renoncé à se fondre dans la masse. Elle avait posé son activité de côté et s'était dirigée vers des ruelles plus tranquilles. Chacun de ses pas frappaient doucement le sol sale. A chacun de ses pas volait toujours une poignée de poussière, résonnait toujours le son sec de ses souliers. Il y avait trop de bruit en ville, et elle tournait en rond. Elle tournait machinalement en rond. C'était ce qu'elle faisait lorsqu'elle tentait vainement de réfléchir. C'était aussi ce qui allait lui donner le tournis. Brusquement, elle prit sa tête entre ses mains, et s'arrêta de marcher devant un commerce de fleurs qu'elle n'avait pas remarqué.


      « Hm ... Résumons. Je dois quitter cette ville. Je n'en ai aucune envie. Je me suis même faite recensée ! Alors pourquoi partir ? Mais je DOIS partir. Et en plus ici il pleut. Non non non, moi et la pluie ça fait deux. Et puis ... dans la vie, il faut faire la différence entre DEVOIR et VOULOIR. Je m'en vais. dit-elle d'un ton ferme, avant de reprendre après un silence, d'une voix désespérée, presque pleurnicharde :
      ... Je reste. Situation complexe ... Situation très complexe ... » finit-elle par marmonner, la main sur le menton, toujours sans parvenir à trancher.

    Ses sourcils étaient retroussés au milieu de son front. Front qui était d'ailleurs franchement plissé. C'était un dilemme, et réfléchir au milieu des commerces et des gens grouillant sur la place, un supplice. Elle n'avait jamais pensé à son départ depuis qu'elle avait franchit l'entrée solennelle de Nemausus.

    Son débarquement, il y a quelques jours, s'était fait le plus discrètement du monde. Une jeune enfant sans famille apparente, venue d'on ne sait où et de qui on ne se méfierai jamais. Et quoi de plus aisé pour elle, de savoir que les rumeurs sur son 'passe-temps' -si on peut appeler ça comme ça- de voleuse ne se sont, ô miracle, pas colportées jusqu'à ce village. Elle s'attendait pourtant au contraire lorsqu'elle était arrivée à Nemausus. Elle s'était préparée à repartir rapidement, compte-tenu de ses pratiques douteuses et risquées ; elle devait sans cesse bouger, de village en village, tant qu'elle volait. Elle n'avait pas peur de l'inconnu, et s'amusait trop à dérober aux autres.
    Mais ce fût sans prendre le temps de réfléchir qu'elle s'était rendue quelques jours plus tôt aux bureaux du village. Même si depuis elle n'avait jamais regretté ce geste, elle se trouva dès lors confrontée à un léger souci existentiel. Même si les marchés de la ville détenaient assez de ressources pour qu'elle vive aussi longtemps qu'elle le pouvait, une chose était évidente : elle se ferait prendre un jour ou l'autre.

    Elle se laissa tomber sur les pavés dont la fraicheur témoignait de l'humidité de la veille.


      « Eurêka ! » Lâcha-t-elle aussi brusquement que possible.

    Le regard plein de malice, elle détacha la petite bourse de sa ceinture, et glissa doucement une pièce de deux livres sterling prise au hasard, au dehors. Puisqu'elle n'arrivait pas à se décider, le destin le ferait pour elle. Le cœur en ébullition, l'excitation était à son comble.


      « Pile je m'en vais. Face je reste. » souffla-t-elle avant de lancer la pièce en l'air.

    Ses yeux suppliaient une réponse immédiate. Elle suivait du regard l'apogée progressive de la petite pièce argentée, l'observa chuter et s'écraser au sol, avant de rouler sur la poussière des pavés. Titubant sur les dalles en béton, la pièce renvoyait en éclats le peu de lumière qu'elle captait du ciel, sur les yeux d'Azumi. Elle s'arrêta, butant contre le pied de quelqu'un, avant de tomber à la renverse, laissant voir à la jeune fille l'illusion des contours du chiffre deux. Elle s'empressa d'aller voir la pièce de plus près, et ce fut avec un étonnement immense qu'elle distingua, au lieu du chiffre, la gravure précise d'une des figures mythiques au pouvoir. La face de la pièce scintillait au sol comme pour se moquer de l'air abasourdi de la fillette. C'était à n'y rien comprendre.


      * J'suis co' mêm' pas dingue ... ! *

    A quatre pattes devant la pièce qu'elle ramassa de ses doigts frêle, Azumi conserva sa mine ébahie, avant de lever les yeux vers le propriétaire de cette botte qui avait fait obstacle. Un air à la fois badin et gêné s'empara de son visage. Elle épousseta ses vêtements après s'être levée, et, passant une main derrière sa nuque, dévisagea presque impoliment le garçon qui se tenait droit face à elle. Elle se racla la gorge et tenta dans sa confusion ...

      « Ahem ... euh ... désolée. » Avant de lâcher un petit sourire.

    C'était toujours bon quand on s'excusait, d'après ce qu'elle avait tiré des années à passer pour une fille innocente et fragile qu'elle n'était pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asys
What is so pleasant ?
What is so pleasant ?
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15
Emploi/loisir : Ange...gardien ?...
†Humeur : Changeante. Monotone, peut être ?
Date d'inscription : 26/12/2008

Fiche d'identité
† Protégé(e) de/par: ?
† Force Ange/Esprit:
30/100  (30/100)
Relation:

MessageSujet: Re: Ennui, soupir, ennui... [libre]   Lun 12 Jan - 18:56

Les fleurs...cette vitrine l'empêchait d'aller sentir leur odeur, de caresser légèrement leurs tiges. Elles étaient si belles, c'était comme une petite fille adorable qui donnait l'envie irrésistible de lui caresser les cheveux. D'autant plus quand il n'y a rien d'autre à faire...
Mais quelque chose, ou plutôt quelqu'un, survint, donnant à Asys le loisir de s'occuper quelques instants, peut être plus, qui sait ? La personne en question se trouvait du mauvais côté, c'est à dire du côté de l'œil caché derrière le patch. Par conséquent, Asys ne pouvait voir qui venait d'apparaître ; il n'allait pas se retourner, c'était fort impoli de se tourner pour dévisager quelqu'un, et encore plus une demoiselle. Et surtout, il aimait rester discret.
Alors, il écoutait. Tendant son oreille, Asys prêtait son oreille au discours qui lui était indirectement offert. Un discret sourire se dessina sur les lèvres. Parler à voix haute, ainsi...c'était drôle, cette personne ne devait pas être réservée ou soumise aux regards des autres. C'était intéressant. Le jeune homme ne pouvait s'empêcher de faire une sorte d'analyse. La voix était trop féminine pour être celle d'un homme, c'était donc une femme. A la voix, ce n'était pas une enfant, mais pas une personne âgée non plus.

Asys savait qu'elle était humaine par un procédé simple : si elle aurait été un Ange ou un Esprit, alors il l'aurait tout de suite senti. Or, ce n'était pas le cas, il ne restait donc qu'une option. Elle devait être arrivée récemment ici, ou alors avoir un problème pour désirer partir...désirer ou devoir ? Asys ferma les yeux un instant, ce sourire toujours présent. Puis il rouvrit ses paupières en faisant disparaître cette expression qu'il n'aimait pas laisser trop longtemps sur son visage.

Sa distraction avait tendance à marmonner ou murmurer. Dommage, il n'arrivait pas à tout comprendre. Il n'avait pas non plus une ouïe extraordinaire...il était un ange par un surhomme.
Il perçut un scintillement un court instant sur la vitrine alors qu'il percevait un enthousiasme de la part de l'inconnue par sa voix, bien qu'il n'eut pas comprit ses mots.

Puis ses yeux clignèrent vivement tout en s'écarquillant légèrement. Quelque chose avait heurté sa bottine. Cette fois, il tourna la tête, et remarqua une pièce qui très vite se retrouva à nouveau dans les mains de sa propriétaire. Asys observait, il fallait tout observer, toujours, tout était un indice pour comprendre les choses.
Ce geste féminin qu'est de dépoussiérer ses vêtements ne l'étonna pas, en revanche, son physique l'étonna. Alors qu'elle le dévisageait, il faisait de même.

Des yeux asiatiques. Il les reconnaissait sans en avoir jamais vu, c'était un préjugé, néanmoins il pensait que c'était une évidence, surtout avec ces cheveux noirs. Ce qui l'étonna aussi fut la taille de la jeune fille, il la dépassait de peu, mais la dépassait quand même...il ne s'était pas du tout attendu à ça, il n'avait certainement pas assez écouter son accent, ou alors elle parlait l'anglais depuis bien longtemps maintenant.
Peu importe, elle s'excusait, et il se devait de se répondre.
D'un geste machinal, il serra à nouveau les cordes tenant son patch et répondit :


"Pas de mal..."

Très court, mais Asys n'est pas du genre bavard sur le coup. Il suffit de le titiller un peu. Mais la belle inconnue n'avait pas besoin de le faire, ses yeux l'intriguait.
Il remit une de ses mèches blondes derrière son oreille et commença par s'excuser avant de poser sa question :


"Je ne veux pas paraître impoli, mais..."

Bien qu'étant un enfant des rues à l'origine, son père lui avait appris la politesse, ce qui n'était pas forcément un mal. Cependant, il l'utilisait quand bon lui semblait et non que cela était nécessaire...

"Vous n'êtes pas britannique, je me trompe ? Vos yeux ont une beauté différente de ceux des occidentaux..."

Il la regarda, pas une expression réelle, mais pas un regard dur non plus. Son seul œil visible montrait de l'hospitalité, Asys était ouvert à tout le monde tant que l'on ne parlait pas de lui. Il ne souriait pas mais ne boudait pas non plus, il était neutre sans paraître hostile.
D'un geste maniaque, il remit sa manche en place, attendant une réponse de son interlocutrice.
La journée n'était peut être pas si mauvaise, finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ennui, soupir, ennui... [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ennui, soupir, ennui... [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soupir Criminel (Libre)
» Quand l'ennui nous pousse à faire de drôles de choses... [ LIBRE ]
» L'ennui est .. à mourir d'ennui. (Libre) [END]
» Insomnie et ennui ... [Priv. Seamus] [TERMINE]
» 05. Ennui inlassable et Cosmique Attitude. {Klaus}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nemausus :: . [Centre Ville] :: . Les Commerces :: . Le Fleuriste-
Sauter vers: