Nemausus

Nemausus. 17ème siècle. Après un bal masqué ayant mal tourné, la ville perd peu à peu pied... supporterez-vous la volonté divine ?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Drôle d'Impression [Edit Mathys: recencé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hawke Mazbath


avatar

Masculin
Nombre de messages : 44
Age : 25
Localisation : Ailleurs
Emploi/loisir : Lire | Ecrire | Dessiner | Regarder les Mouches Voler ...
†Humeur : Pessimiste
Date d'inscription : 18/06/2008

Fiche d'identité
† Protégé(e) de/par: Patience Saint-Johns
† Force Ange/Esprit:
3/0  (3/0)
Relation:

MessageSujet: Drôle d'Impression [Edit Mathys: recencé]   Lun 30 Juin - 23:29

Hawke n'avait jamais eut dans l'idée d'aller se faire connaître des Bureaux de sa ville Natale. Le rescensement ... Ses parents l'avaient surement deja fait pour eux et pour lui. Mais une interrogation naissante s'était etoffée durant toute cette journée que le jeune homme avait passé dans le doute. Une fois ses derniers clients partis, et l'horaire de fermeture tout juste passée, Hawke s'affaira à compter, ranger, nettoyer. Puis il sortit directement sur la grande place de la ville, prenant bien soin de refermer la porte d'entrée derrière lui, avant de se diriger vers les Bureaux de Recrutement général. Comme il connaissait Nemausus comme sa poche, et que de toutes manières les Bureaux se trouvaient non loin de sa librairie, Hawke arriva bien vite sur le palier du bâtiment. Il s'arrêta un instant, se demandant bien comment se deroulait un recrutement ... Aurait-il dû emporter avec lui quelques documents officiels ? Hawke était timide, maladroit et un peu distrait. Aussi n'avait-il pas pensé à emmener quoi que ce soit d'important avec lui. Qu'à cela ne tienne, il entra dans le hall d'entré.

Les bâtiments, les habitations de la ville avaient beau se ressembler d'aspect en exterieur, les interieurs, eux, se montraient toujours aussi particuliers et se différenciaient toujours les uns des autres. Les decorations se voulaient toutes autres que celles de sa librairie pour exemple ... Hawke leva un instant le nez au plafond, et se laissa gagner par la curiosité. Il regardait les tableaux, les tapis, le gros lustre central ... Mais durant sa contemplation puérile, une voix autoritaire resonna dans le hall, et le jeune homme sursauta, avant de poser son regard sur son interlocutrice. Femme élégante, quoi que plutôt sèche, elle s'était adressée à Hawke de manière vive et impatiente, lui faisant signe de derrière son large bureau de venir jusqu'à celui-ci. Un peu embarassé d'avoir été coupé dans sa soudaine adoration de la pièce, Hawke s'y dirigea rapidement. Nerveusement, il passa sa main dans ses cheveux, vilain tic qui ne le quittait qu'en de rares occasions. Ou du moins lorsqu'il ne se sentait pas mal à l'aise. D'une voix un peu hesitante, Hawke lacha enfin :

- Bonsoir. Euh ... Voila. J'aimerais me faire rescencer.
C'est possible n'est-ce pas !?

Hawke sourit naïvement. Derrière son bureau, la secretaire leva son nez de ses documents, avant de regarder le jeune homme d'un air plutôt méprisant. Le genre d'expression qui vous fait vous sentir totalement miserable, totalement inutile et inferieur. Elle leva un sourcil interrogateur, comme si Hawke était en fait un veritable idiot. Bien entendu, celui-ci s'en rendit compte et perdit toute trace de sourire. Au final, la femme se leva, en poussant un profond soupire. D'un geste agacé, elle fit signe à Hawke de le suivre.

- C'est par là. Si vous voulez bien me suivre ...

Vu la manière peu aimable avec laquelle venait de s'exprimer la secretaire, Hawke aurait bien voulu répondre non. Mais bon. Docilement, il suivit sa "guide". Elle l'entraîna dans le fond du hall, monta un large escalier de marbre blanc, avant de s'engager dans un long corridor flanqué de nombreuses portes, diverses et variées, sur lesquelles étaient gravés des noms que connaissait ou non le jeune homme. Celle vers laquelle se dirigeait la secretaire était placée assez loin dans le couloir. Elle s'arreta juste devant, avant d'y frapper trois coups légers. Elle poussa la porte et entra dans le bureau. Hawke se retrouva seul dans le corridor, se balancant legerement sur ses pieds. Quelques voix se firent entendre. Et la secretaire réapparut dans le couloir, aussi agréable qu'une porte de prison.

- Vous pouvez entrer. C'est tout c'que vous voulez ou vous z'avez encore besoin de moi ?
- Euh je ... non. Non ce sera tout.

Hawke, un peu destabilisé par la question implacable de la secretaire, en resta bête quelques secondes. Il avait repondu, mais de toutes manières la jeune femme se trouvait deja loin. Elle était partie dans un souffle, laissant Hawke en plan devant la porte. Bon. Après être entré dans le bureau, et avoir refermé la porte dans son dos, le jeune homme regarda la pièce tout autour de lui. Un bureau feutré, aux lumières tamisées, qui sentait un peu le tabac. Une pièce meublée de nombreuses étagères, toutes croulantes sous des tonnes de livres et grimoires usés qui rappellait un peu l'interieur d'une bibliothèque. Une large et massive table s'étendait devant de grandes fenêtres aux vitres fraichement nettoyées. Un homme s'y tenait assis, et leva son nez vers Hawke. Rassuré de voir que cette nouvelle personne avait l'air plus aimable que la secretaire, le libraire s'avanca d'un pas assuré, et s'assit en face de lui. S'en suivit une discussion faite de plusieurs interrogations de la part du secretaire. Il demanda, entre autre, les principales informations concernant Hawke. Celui-ci remplit les papiers qu'on lui tendait. Il repondit à toutes les questions quant à son identité.

Spoiler:
 
Le secretaire demanda egalement où logeait Hawke et la nature de son habitation. Celui-ci répondit qu'il habitait au dessus de la Librairie dont il était le propriétaire, et dans laquelle il travaillait 6 jours sur 7.

Spoiler:
 
Le secretaire demanda encore quelques choses plus ou moins utiles, mais toutes obligatoires. Hawke y répondit avec patiente, ne voyant pas le temps filer et le Soleil se coucher au travers des vitres du bureau. Lorsque son interlocuteur lui annonca que tout semblait parfait, Hawke se leva de son fauteuil et lui serra chaleureusement la main avant de sortir de la pièce. Il longea le corridor pensivement, descendit l'escalier, en sentant s'accroître en lui comme une très étrange sensation. A présent, il était rescencé officiellement, pour de bon. La sensation d'être commme entravé hanta soudain son esprit. Un peu perturbé, Hawke sortit du bâtiment sans même une attention pour la secretaire qui, elle, lui jeta un regard noir. Les mains plongées au fond de ses poches, le jeune homme frissona legerement sous le froid qui regnait sur tout Namausus. Tête baisse, il traîna les pieds sur les pavées, et marche un peu, rêveur et mal à l'aise.

Et si Nemausus n'était qu'en fait une sorte de ... prison ? Après tout, personne ne s'était sentit insatisfait de son bonheur ici. Personne n'avait jamais voulu voir ailleurs que l'interieur de ses murs. Aucun de ses habitants n'avait ressentit, ne serait-ce qu'un instant, le désir de s'echapper. Hawke, lui-même, trouvait que sa liberté s'arrêtait là, et que cela était bien normal. Il ne manquait de rien ici. Ou alors de trop de choses ... Comment savoir ? Jamais n'avait-il vu au déla de Nemausus. Au fond de lui criait l'envie de s'evader. Pourtant, son corps ne suivait pas, et dans son esprit se livrait à présent une bataille invisible mais douloureuse. Pourtant, ce recrutement, qui pouvait paraître anodin, était pour Hawke la preuve irrefutable de son appartenance à ces murs, ces pavés, ces habitants qui passaient sans le voir, à ces bâtisses, ces sculptures, ces fontaines ... Le jeune homme avait la desagréable impression de faire à présent partie de la ville. Comme une pierre de plus dans une facade, une goutte d'eau dans l'Ocean, un brin d'herbe dans la plaine.

Jamais plus il ne pourrait se detacher de sa ville natale. Celle qui lui semblait si belle, si riche quelques instants auparavant, venait de perdre toute sa superbe sous le coup de quelques signatures sur du parchemin terne. Hawke, abattu, rentra chez lui, penaud et désolé. Pourquoi une telle tristesse ? Tout simplement parce que les quelques illusions de liberté qui illuminaient encore son coeur dans la journée, venaient à présent de s'éteindre sous le souffle glacée de l'imuable, de l'evidence même. Hawke habitait Nemausus. Jamais plus il n'en sortirait, jamais plus il ne voudrait en sortir un jour ...


Edit Mathys: voila voila ^^ j'attendais ton recensement avec impatience. Et voila qui est fait ^^ Merci beaucoup ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Drôle d'Impression [Edit Mathys: recencé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Xylographie, Sérigraphie et autres techniques d'impression.
» Une drôle d'impression [E. Raft]
» Bad moonz - impression
» Premieres impression aprés le nouveau patch.
» Edit royal sur la libre circulation des clercs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nemausus :: . [Centre Ville] :: . Les Bureaux de Nemausus :: . Recencements Validés-
Sauter vers: